Accueil | Blog | Le Pacte de Rénovation 2050

Le Pacte de Rénovation 2050

Fin 2014, le Gouvernement Flamand a lancé un projet qui ne manque pas d’ambition : le Pacte de Rénovation 2050. L’objectif – dont l’échéance espérée figure dans le nom – est d’améliorer l’efficacité énergétique de chaque maison existante en Flandres. Mais qu’est-ce que cela englobe au juste ?

D'ici 2050, le gouvernement flamand veut que chaque maison soit aussi économe en énergie qu'un nouveau bâtiment en construction aujourd'hui. Et comme ce ‘aujourd'hui’ change tous les jours : un Niveau E de 60 est l’ambition pour les maisons plus anciennes, car chaque nouveau bâtiment devrait avoir un Niveau E de 30 à partir de 2021. Nous disposons chaque jour de nouvelles technologies et options abordables : il n’y a donc pas de réelles raisons de paniquer, mais lorsque l’on sait que 70% de notre patrimoine collectif date d’avant les années ‘70, on se rend compte qu’il y a encore du pain sur la planche.

Tout d'abord, nous devons oser dire que ce n'est pas si simple. Le Flamand et sa maison ... il s’agit tout de même de l’acquisition la plus importante de sa vie, et le gouvernement marche donc sur des œufs au moment d’aborder la question. Derrière le Pacte de Rénovation 2050, il y a 34 ‘parties prenantes’. Toutes ces parties impliquées s'engagent à aller dans le sens d'une vie plus économe en énergie. C’est une bonne chose en soi, car il fut un temps où nous voulions toujours en faire plus – plus beau, plus grand, plus… énergivore ! – en matière de construction et de rénovation. Bref, ramener tout cela a un niveau énergétique acceptable n’est pas une mince affaire. 

Besoins énergétiques, séparément ou dans leur ensemble

Des instruments ont été mis au point pour 1) donner une image exacte de la situation et 2) avoir un effet positif et concret. Pensez d'abord à la nouvelle version de l'EPC et au ‘woningpas’ (le passeport habitation que l’on trouve en Flandres), puis aux primes à la rénovation, aux panneaux solaires, à la réduction du nombre de chaudières au mazout, au Niveau E... En les répertoriant tous, ce rapport deviendrait rapidement ‘obsolète’, car le Pacte de Rénovation 2050 est un ‘work in progress’ et ce n'est pas illogique. Il y a la situation du marché technologique, mais il y a aussi des élections qui peuvent parfois changer la situation globale. Nous vous recommandons donc de vous renseigner à tout moment pour disposer d’informations suffisantes sur la situation à un moment précis. Primes, impôt sur le logement, allocations ... le gouvernement fournit tout cela et poser une question ne coûte rien. Le Pacte de Rénovation 2050 ne se limite pas à ‘rénover maintenant’. Le gouvernement veut sensibiliser, conseiller, stimuler et peu à peu, rendre ces rénovations obligatoires.

À l’heure actuelle, il n’est pas encore question d’obligations. Il y a des évolutions logiques, comme le fait de ne plus poser de simple vitrage ou de prendre soin de bien isoler sa toiture et de disposer d’une installation de chauffage central performante. Mais en-dehors de cela, nous sommes tous de plus en plus conscients de l’importance de maisons sans ‘fuite’.  La facture énergétique a récemment augmenté de quelque 20%, et la pilule est difficile à digérer. Alors, lorsque l’on opte pour l'efficacité énergétique et la neutralité énergétique, cela se ressent AUSSI au niveau du portefeuille.

Aujourd’hui, vous pouvez faire en sorte que chaque partie de votre maison réponde dès à présent à un certain nombre de critères (dans le cas d’une rénovation partielle) ou évaluer la maison dans son ensemble (par exemple, lorsqu’un nouvel EPC est nécessaire), l’objectif final étant bien sûr de la préparer pour le futur.

Le pronostic ?

Ceux qui construisent aujourd'hui obtiennent de bons résultats en termes d'efficacité énergétique. Logique ! Mais, pour chaque maison écoénergétique, il y a encore quelque part en Flandres une maison obsolète à laquelle il faut s'attaquer. Difficile de savoir si ces habitations pourront présenter un Niveau E de 60 d'ici 2050. Peut-être qu’à la suite d’innovations technologiques ou autres, un Niveau E sera d’ici là complétement dépassé. La situation économique, les tendances sociales, la politique, le budget… il y a des centaines de facteurs qui entrent en considération. L’année 2050, c’est après-demain. Mais – et c’est le plus important – il y a de réelles ambitions.  Sur le plan politique, au niveau du secteur de la construction et en tant que société. Et c’est en empruntant ensemble un chemin déterminé à l’avance que nous évoluerons dans une direction plus économe en énergie.

Si vous souhaitez vous immerger complètement dans le Pacte de Rénovation 2050 et connaître l’état actuel des choses, rendez-vous sur www.energiesparen.be/renovatiepact.

Ce bien ne serait-il pas pour vous ?