Accueil | Blog | Le Mobiscore déterminera-t-il bientôt la valeur de votre habitation ?

Le Mobiscore déterminera-t-il bientôt la valeur de votre habitation ?

Le Mobiscore - ou score mobilité – a eu droit aux honneurs de la presse pendant toute la dernière quinzaine de juin. Il a provoqué du ressentiment chez certaines personnes, est à l’origine de bien des cauchemars chez d’autres et a même fait naître des sourires chez les propriétaires d’habitations ayant obtenu un bon score. Quelles sont les perspectives ?

“Cela ressemble à un cliché, mais il y a dans le secteur de l’immobilier trois facteurs essentiels : l’emplacement, l’emplacement et encore l’emplacement. Johan Krijgsman, CEO d'ERA, ne laisse planer aucun doute à ce sujet : « Trois fois ‘l’emplacement’, pour trois interprétations différentes. Une ville comme Knokke est plus chère que Wenduine ou Le Coq. Uccle, Lasne … le nom à lui seul a un prix. Un deuxième élément est la popularité d’un quartier ou d’une commune. Une ville évolue en permanence et les rues ou quartiers deviennent tendance, plus attractifs, plus recherchés et par conséquent… plus chers. Bien sûr, le contraire est vrai aussi. Le troisième pilier est principalement d’ordre pratique : la présence d’une école, de magasins, d’une gare, mais aussi, par exemple, d’une vue protégée, contribue à déterminer le prix d’une habitation. » 

Si vous ne l’avez pas encore fait : sur www.mobiscore.be , vous voyez le résultat de votre habitation en quelques secondes. Pour ce que cela vaut, parce que ce score est fourni à titre purement indicatif. Il n’entraîne actuellement aucune suite fiscale ou financière. Mais… c’est également comme cela qu’a débuté la valeur EPC, qui est aujourd’hui une référence importante pour une nouvelle génération d’acheteurs. Sur une échelle de 1 à 10, le Mobiscore indique dans quelle mesure une habitation est bien (ou mal) située en termes de mobilité, accessibilité, possibilité de se rendre à pied ou à vélo à l’école, au boulot, à la gare, au magasin ou à l’hôpital. Est-ce vraiment pertinent – à une époque où l’on compte trois voitures pour un garage ? 

Les Autorités Flamandes considèrent que oui et espèrent informer les acheteurs intéressés de l’impact mobilité de leur prochaine habitation. La durabilité en termes d'accessibilité, exprimée en points, sera à terme un facteur important pour de nombreux acheteurs. C’est d’ailleurs déjà le cas actuellement, parce qu’avec la vie que nous menons, être chez soi en un quart d’heure ou passer trois heures dans le train ou deux heures dans les embouteillages, cela fait un monde de différence. 

Osons un œil critique
Il y a eu, après le lancement de mobiscore.be, quelques points de critique… Mouais, en fait, il y en a eu tout plein ! De nombreux résultats modérés en sont la cause principale. Mais ce n’est pas tout : le Mobiscore exprime le coût environnemental moyen des trajets. Faites attention au mot "moyen" et admettez que dans cette partie du monde, nous ne parvenons tout simplement pas à obtenir de bons résultats en ce qui concerne le coût environnemental de nos voyages collectifs. 

Le Mobiscore est un passage logique et obligé dans une société qui évolue. Correct à 100% ? Parfait ? Peut-être pas encore. À l’heure actuelle, très peu de propriétaires sont satisfaits du prix de l’énergie et la valeur EPC est importante au moment de signer le compromis. Sur le plan de la mobilité, nous ne réfléchissons pas encore forcément en ces termes, mais il y a de fortes chances que la génération pour laquelle ‘ma voiture’ n'est plus systématiquement ‘ma liberté’ soit déjà née. Le Mobiscore est dont tout naturellement intégré dans le ‘passeport habitation flamand’ (Vlaamse Woningpas) et celui-ci devient dès lors toujours plus opérationnel.

Tout cela reste toutefois très relatif : si vous revenez en arrière et relisez les mots du CEO Johan Krijgsman (voir l’article dans l’ECHO), vous constaterez que le Mobiscore ne tient en réalité compte que du troisième pilier d’emplacement. De nombreux autres critères contribuent à déterminer la valeur d’une habitation. Les deux premiers piliers, bien sûr, mais aussi la taille de la maison, le fait que l’on puisse s’y installer directement ou pas, son aspect, la proximité des parents et beaux-parents, un jardin, un garage… et naturellement aussi la valeur EPC.

Ce bien ne serait-il pas pour vous ?