Accueil | Blog | Habiter à la côte a le vent en poupe

Habiter à la côte a le vent en poupe

La côte belge reste attractive. Mais il n'y a pas que les touristes d'un jour qui veulent prendre l'air de la mer. Non, de plus en plus de gens investissent dans un bien immobilier sur le littoral belge. Ces trois dernières années, les ventes dans les 10 localités côtières ont presque été multipliées par trois.

La côte a la cote !

Chaque année, des millions de vacanciers prennent la direction de la côte. Depuis 2014, le marché de l'immobilier a augmenté de 30% sur le littoral belge. Saviez-vous que 1 transaction immobilière belge sur 20 se passe à la côte ? Les maisons et appartements dans les localités côtières ont donc le vent en poupe !

Plus que jamais, la mer et la plage attirent les jeunes et moins jeunes. Jouer dans le sable, se promener sur la plage, prendre l'apéro sur la digue… : ce ne sont là que quelques-unes des raisons qui rendent la côte belge si populaire.

Mais qui dit demande élevée dit aussi hausse des prix. Un appartement à la côte coûte en moyenne 262.411 euros. Cela fait 14.000 euros de plus que le prix moyen en 2013.

Une commune n’est pas l’autre

Habiter à la mer est idéal pour se ressourcer. Mais certains endroits semblent plus attractifs que les autres. Ostende et Knokke sont les cités balnéaires les plus populaires. Ensemble, elles représentent environ 40% des transactions enregistrées en 2017.

Les prix diffèrent également énormément d'une commune à l'autre. Pour un appartement à Westende, il vous faudra débourser en moyenne 209.000 euros, alors que vous payerez à Knokke quelque 650.000 euros pour un bien du même type. Cela fait de Knokke - et Nieuport - les communes les plus chères pour qui souhaite acheter un appartement. Les appartements les moins chers se situent du côté de Westende, Zeebrugge et La Panne.

Vivre à la côte est très populaire. Vous êtes intéressé par un investissement immobilier dans l'une des 10 communes côtières belges ? Jetez un œil dans l’offre immobilière sur le littoral belge.

Ce bien ne serait-il pas pour vous ?