Accueil | Blog | Acheter et vendre un bien immobilier pendant la crise du coronavirus

Acheter et vendre un bien immobilier pendant la crise du coronavirus

We are back! Bienvenue de retour chez nous !
Nous nous réjouissons de vous accueillir à nouveau dans nos bureaux et de vous offrir notre service complet bien connu.  Depuis le 11 mai, nous avons réouvert nos portes et ne travaillerons plus à huis-clos. Bien sûr, nous respectons toutes les mesures nécessaires de distanciation sociale et d'hygiène, afin qu'ensemble nous puissions limiter la propagation du coronavirus. N'hésitez pas à nous contacter pour prendre rendez-vous, pour planifier une visite, pour demander une estimation de biens sans engagement ou pour toutes sortes de questions par rapport à la vente, l'achat ou la location d'une habitation.

Il est très important pour nous que nos bureaux soient sûrs, tant pour vous que pour nos employés. Nous prenons, entre autres, les mesures suivantes:

Visite d'un bien prévue avec un agent immobilier ?

Pas de problème ! Cette vidéo de l'IPI explique clairement aux candidats acquéreurs et aux locataires comment les visites des lieux se dérouleront en toute sécurité. Nous sommes à votre service !

Mais revenons aussi sur la période de confinement en temps de corona. À cette fin, nous avons ventilé les affaires en vigueur à l'époque en un volet location/mise en location et un blog sur l'achat et la vente. De cette façon, tout reste parfaitement clair. Toutes les activités à distance, telles que mentionnées ci-dessous, sont bien sûr toujours possibles, si vous préférez.

En ce qui concerne la vente et l’achat, Johan Krijgsman, CEO de ERA, en est toujours convaincu : « Ce qui se passe au niveau boursier ne pourra jamais se produire sur le marché immobilier. Nous ne nous attendions pas à un crash, mais à un arrêt des transactions pendant le confinement. En partie par nécessité, en raison des mesures concernant les déplacements non essentiels. » Dans les semaines  de confinement, l'achat ou la vente d'une habitation a dû été reporté vue qu’une visite des lieux était impossible.

« Chez ERA, cela fait des années que nous proposons l’ERA Virtual Tour, qui permet aux acheteurs potentiels de visiter une maison en ligne », dit Johan Krijgsman. « Nos agents immobiliers ERA sont également heureux de vous retrouver lors d’un entretien vidéo, cela afin de vous faire visiter virtuellement une maison et de vous fournir des informations supplémentaires. Mais cela ne fonctionne bien sûr que pour une première prise de contact, le Belge n’en est pas encore prêt à acheter une maison sans l’avoir réellement visitée. »

Néanmoins, si vous cherchez l(habitation de vos rêves, vous pouvez toujours consulter nos offres sur era.be. Ou mieux encore, nous confier une recherche afin d’être systématiquement informé lorsque nous dénichons un bien qui répond à vos critères. De nouvelles habitations viennent régulièrement enrichir notre offre, parce que des missions de vente nous parviennent toujours grâce à nos solutions digitales et entretiens vidéo en ligne.

Les vendeurs particuliers ont besoin d’être pris en charge et sont très heureux que nos agents immobiliers ERA restaient accessibles pour faire avancer leur dossier, même en confinement. Qui sait ? Peut-être cela nous permettra-t-il de trouver pour vous la correspondance parfaite ?

Le secteur de l’immobilier était-il toujours actif ?

Très certainement. L’impossibilité de visiter physiquement un bien ou d’y accompagner des acheteurs potentiels, était bien sûr un obstacle supplémentaire. Pourtant, en coulisse, tout le réseau ERA travaillait d’arrache-pied pour avoir toujours un œil sur la situation. Les agences ERA restaient également joignables, de manière peut-être plus limitée.

ERA – un précurseur dans le secteur de l’immobilier – était déjà tout à fait prêt sur le plan digital. Et c’est dans des moments comme ceux que nous avons vécu en crise corona que nous en avons pu cueillir les fruits.  

Pouvais-je toujours acheter un bien immobilier ?

Bien sûr ! Il y en a même qui ont été vendus tout dans cette période. Les dossiers en cours étaient traités via des signatures numériques des différentes parties. Comme l'acheteur privé moyen belge aime voir ce qu'il achète, personne n'était surpris si vous auriez reportez la décision jusqu'à ce que la visite soit possible, mais en principe, tout pouvait continuer.

Quid si la transaction immobilière était déjà en cours ?

Les mesures actuelles sont arrivées sans crier gare et donc, de nombreuses transactions immobilières étaient déjà en cours. En raison des mesures strictes, nous, en tant qu'agent immobilier, ne pouvons plus recevoir de clients au bureau. Mais les acheteurs et les vendeurs peuvent toujours signer et envoyer un contrat de vente depuis chez eux, en toute sécurité et sans le moindre problème ! Votre agent immobilier s’y attèle avec une plateforme en ligne très pratique.
Les accords/contrats de vente peuvent également être envoyés, signés et retournés par voie postale.

Pouvais-je signer mon acte en confinement ?

Il restait en effet important de se rendre chez le notaire. En confinement, celui-ci reportait également toutes les affaires non essentielles. Dans des cas très exceptionnels, le notaire pouvait encore exécuter l'acte au bureau. Cela se faisait par vidéoconférence et avec une seule partie présente par notaire. De cette façon, les règles de sécurité concernant la distance sociale restaient respectées !

Le notaire en question examinait chaque dossier individuel. La période de signature (normalement 4 mois) pour l'exécution de l'acte avait déjà été prolongée de deux mois, tout comme les régimes de faveur qui peuvaient s'appliquer. Par exemple, vous pouviez obtenir un délai pour le paiement de vos droits d'enregistrement lors de l'achat d'un bien immobilier.

La transaction complète - avec les obligations et les avantages associés - pouvait donc nécessiter deux mois supplémentaires. Tout le reste était inchangé.

L'acheteur et le vendeur avaient donc intérêt à convenir ensemble du moment où la livraison pourra avoir lieu. Si possible, celle-ci était bien sûr reportée.

Pouvais-je obtenir un délai pour mon crédit hypothécaire ou immobilier ?

Après de longues négociations, Febelfin (la représentante du secteur financier), la Banque Nationale de Belgique et le ministre fédéral des Finances Alexander De Croo s'étaient mis d'accord sur les conditions concrètes du report de paiement promis des crédits à l'habitation.

En deux mots : vos revenus devaient avoir baissé ou disparu à cause de la crise du coronavirus, depuis le 1er février vous ne deviez pas avoir d'arriérés concernant le prêt hypothécaire pour lequel vous demandiez l'ajournement, il devait s’agir d’un prêt que vous avez souscrit pour votre logement unique et vous ne pouviez pas avoir plus de 25.000 euros d'économies sur vos comptes courants et d'épargne et dans votre portefeuille d'investissement.

La prolongation pouvait aller jusqu'à maximum 6 mois, soit jusqu'au 31 octobre. Cette date de fin s'appliquait également si vous aure soumise votre candidature après le 30 avril. La banque ne pouvait pas facturer de frais de dossier ou administratifs, mais pouvait facturer des intérêts. Quiconque a un revenu mensuel net inférieur à 1.700 euros par mois n'aura pas à payer d'intérêts supplémentaires. Vous pouvez découvrir comment calculer correctement votre report de paiement, ainsi qu'un aperçu complet de la situation sur le site internet de Febelfin.

Pouvais-je déjà occuper la maison que j’avais achetée ? 

Plans fixés de longue date, déménagement organisé dans le moindre détail… Peut-être n’y avait-t-il pas moyen de faire autrement ? C’était la date fixée, et puis quoi ? En tant qu’acheteur, vous ne pouviez pas vous installer de force dans votre nouvelle maison ou faire valoir que vous déménagerez à la date initialement prévue…

Il s’agissait bien sûr d’un cas de force majeure. Les deux parties devaient convenir d’un accord ou regarder les alternatives dont disposait l’acheteur.

Lorsque les deux parties tombaient d’accord, vous aurez pu encore déménager dans les cas les plus urgents si…

  • vous aurez pu faire appel à une entreprise de déménagement, 
  • ou vous aurez déménageé avec les membres de votre famille et l’aide de maximum une personne supplémentaire.

Pouvais-je encore faire établir un CPE ? Pouvais-je rénover ? 

Pour être clair : bien que nous n'étions pas dans un lockdown trop strict, la règle applicable restait de reporter tout ce qui n'était pas essentiel. L'Agence Flamande de l'Énergie déconseillait l’établissement d'un CPE en confinement. En principe, les rénovations et travaux étaient autorisés, pour autant que les règles de distance restaient respectées.

Pouvais-je vendre une maison en confinement?

Nous vous renvoyons à la première question de ce blog : oui, le marché de l’immobilier continuait de tourner.

Si vous saurez souhaité vendre une maison, un délai de quelques mois vous sera accordé pour l'élaboration d'un certificat de performance énergétique (CPE). Le gouvernement flamand avait décidé cela le 3 avril 2020. En ce qui concerne les ventes, la situation d’urgence civile - qui court du 20 mars au 17 juillet 2020 - était prolongée de six mois. Cela signifie qu’entre le 20 mars 2020 et le 17 janvier 2021, un CPE ne doit pouvoir être présenté qu’au moment de l’exécution de l'acte authentique.
Nos agents immobiliers ERA restaient à votre disposition, à distance mais proche de vous à tout moment, pour répondre à chacune de vos questions.

Que signifie la crise du coronavirus pour l'immobilier en tant qu'investissement ?

C’était bien sûr un choc. Et un marché qui doit faire face aux chocs évolue. L'incertitude quant aux revenus, la supression de la prime au logement qui a entraîné la disparition d’un certain nombre d'avantages fiscaux ... ce sont tous des facteurs qui jouent un rôle.

D’autre part : « Emprunter reste très bon marché et le gouvernement prend beaucoup de mesures de soutien. Les banques travaillent également sur des solutions. Parallèlement, le marché boursier continue de baisser et l'immobilier est donc de retour dans le viseur de l'investisseur privé. Au moment de la crise financière, l'immobilier belge a également évité une baisse importante grâce à notre bon système social », conclut Johan Krijgsman.

Nous continuons de suivre l’actualité pour vous !

Ce bien ne serait-il pas pour vous ?