Accueil | Blog | 6 tendances immobilières pour 2021

6 tendances immobilières pour 2021

OK, nous n'avons pas de boule de cristal, mais nous avons un vrai savoir-faire, des tonnes d'expertise et plus de 150 agents immobiliers ERA qui – chacun avec son équipe – sont pleinement en contact avec la réalité quotidienne. Et bien sûr, le premier mois d’une nouvelle année, il est difficile de ne pas se laisser prendre au jeu des prévisions…

Nous sortons d'une année – pour le moins – étrange, mais nous restons positifs et regardons l'avenir avec ambition. 

1. Les goûts en matière d'immobilier changent

Ce n’est un secret pour personne : le coronavirus a accru le désir de chacun de posséder une maison. Et pas n’importe quelle maison. Non, dans la mesure du possible, une maison avec un petit jardin à l’arrière, ou tout du moins située à proximité d’un parc agréable. Plus que jamais, on redécouvre la valeur de posséder sa propre maison, son chez-soi, et l'environnement joue un rôle important à cet égard. 

Cet endroit doit aussi être multifonctionnel, maintenant que nous savons tous que le travail à domicile, les enfants, un passe-temps, un été chaud et un confinement imposé soulèvent de sérieux défis. La tendance ? Une maison plus spacieuse, plus grande aussi – avec un espace de travail supplémentaire – et pourvue d’un petit jardin.

2. Le taux d'intérêt reste bas

Un tel achat est possible, en partie grâce au faible taux d'intérêt qui semble ne pas vouloir augmenter. À l’heure actuelle, il reste plus intéressant d'emprunter de l'argent que de le placer sur un compte d'épargne. Début 2016, il fallait compter sur un peu moins de 2%, alors que la limite symbolique de moins de 1% a aujourd’hui été atteinte. Chaque année, on dit que le taux d'intérêt ne peut pas continuer à baisser... et chaque année, il baisse encore. Peu de signes indiquent que les choses seront différentes en 2021.

Et que représente une baisse de 0,1% ? Sur un mois, pas grand-chose. Sur un an, un peu plus. Sur dix ans, encore plus. Et sur une durée de 20 ans, cette baisse de 0,1% devient réellement significative.

3. Cela reste abordable malgré une augmentation des prix

Les prix des maisons ont augmenté de 5,93% en 2020, ce qui est la plus forte augmentation depuis 2006. C'est également la sixième hausse de prix d’affilée. Parallèlement, les prix des appartements ont augmenté en moyenne de 4,86% en 2020, et sur la côte belge, on constate même une augmentation de prix de 7,01%. Pour en savoir plus, consultez notre Baromètre ERA.

Une bonne nouvelle pour les investisseurs, un peu moins bonne pour les candidats-acheteurs ?

« Non, ce n’est pas le cas », déclare Johan Krijgsman, PDG d'ERA. « L'accessibilité d’une maison dépend de nombreux autres facteurs que juste son prix. Ce n'est pas parce qu'un prix net augmente que l'accessibilité est menacée. Il faut tenir compte des différents facteurs pour faire des déclarations significatives à ce sujet ».

Les points 1 et 2 de cette liste des tendances immobilières jouent un rôle important dans cette évolution, mais le fait que les Belges disposent aujourd'hui d'une montagne d'épargne quasi mythique est également déterminant. Tout comme les augmentations de salaire ou un schéma de dépenses différent.

« La vérité est beaucoup plus complexe qu'un simple message comme ‘le prix des maisons augmente’ ou ‘les maisons deviennent plus chères’. Techniquement, c'est vrai bien sûr, mais cela ne dit pas grand-chose sur l'accessibilité financière. Regardez toujours les choses dans la bonne perspective, avec les bonnes nuances, et ne tombez pas dans le piège du catastrophisme inutile. Le logement en Belgique reste – du moins jusqu'à aujourd'hui – assez abordable ». Pour connaître le fond de la pensée de Johan Krijgsman, cliquez ici

4. De nouvelles réglementations, ce sont aussi de nouvelles impulsions

Le bouwshift (que l’on pourrait traduire en français par ‘décalage de construction’) – également connu sous le nom de ‘betonstop’ (stop au béton) – a débuté le 1er janvier 2021 et chaque nouvelle habitation devrait désormais être QNE. Ce sera d’ailleurs un phénomène récurrent dans les tendances immobilières des années à venir : utiliser l'espace disponible plus efficacement, mieux et plus intelligemment est à l'ordre du jour.

Que nous le voulions ou non, chaque nouvelle année nous rapproche des échéances, des ambitions climatiques et des évolutions sociales. Les règles et les lois s'adaptent… et cela se produit généralement un peu moins vite que dans le point 5 ci-dessous !

5. Plus d’individus, plus d'environnement, plus de société... une optimisation plus intelligente

Parce qu’après tout, la société bouge aussi. Une période de crise – dans ce cas, une pandémie – fait toujours réfléchir. Les gens changent de cap, envisagent de nouvelles options ou prennent des mesures qu'ils ont longtemps repoussées. Dans l'immobilier également.

L'année 2020 nous a appris de nombreuses choses sur les villes et la façon dont nous y vivons. Peut-être cela conduira-t-il à des interventions plus rapides pour rendre notre environnement de vie aussi agréable et fonctionnel que possible ? Les nouvelles villes intelligentes, où tout est analysé à l'aide du big data, peuvent certainement y contribuer. Une mobilité durable, moins d'émissions, moins de déchets, une utilisation plus efficace de l'eau et de l'énergie, une meilleure qualité de l'air... sont autant de conséquences directes d'une utilisation plus intelligente des informations et des technologies disponibles. 

6. Les agents immobiliers ERA sont encore meilleurs !

Et ça, ce n’est pas une prévision, mais bien une certitude. Ils étaient déjà top, mais ils s’améliorent encore chaque année. Tout comme dans le cas du réseau ERA lui-même, cette démarche repose sur une recherche constante d'amélioration. Pendant la crise du coronavirus, nous ne sommes pas restés inactifs et les circonstances nous ont régulièrement mis au défi de chercher et trouver de nouvelles solutions. Mais notre ambition est toujours la même : répondre aux souhaits de nos clients en matière de logement.

Et c’est probablement la raison pour laquelle nous avons vendu plus de 5.500 habitations et réalisé quelque 3.500 transactions de location en 2020. 

Une période de crise entraîne toujours des changements. Et dans ce cas, des améliorations.

Ce bien ne serait-il pas pour vous ?